Compte tenu de la fiabilité des produits, le SAV a-t-il le même intérêt ? Esus Saran vous répond !

Pannes, obsolescence, l’utilisateur est-il victime d’un système qui l’oriente vers le service technique ?

Si nous avons tous constaté que les machines modernes sont très fiables, certains utilisateurs restent nostalgiques de l’ancien temps et regrettent les machines à laver qui duraient 20 ans et les duplicateurs qui accompagnaient les sociétés tout au long de leur vie. Il suffit pourtant de constater que ces machines étaient essentiellement mécaniques ou électromécaniques alors que les produits d’aujourd’hui sont à base d’électronique et de systèmes de communication embarqués. Ils sont conçus pour suivre une évolution technologique exponentielle, et n’ont donc pas forcement vocation à durer plus longtemps que l’arrivée d’une nouvelle technologie qui les rendra inutilisables. Cette réalité a par ailleurs, un impact direct sur leurs prix qui évoluent à l’inverse de leurs performances.

Les machines actuelles sont en grande majorité très fiables, mais surtout, elles sont devenues indispensables dans le système d’information d’une société . On peut facilement imaginer que la valeur économique du contrat qui va être imprimé est bien supérieure à l’imprimante multifonction qui va servir à l’imprimer. Dès lors, l’entretien des équipements et la télémaintenance à Saran deviennent une préoccupation majeure, où la rapidité d’intervention du service technique est primordiale. Le métier de technicien bureautique évolue ainsi progressivement vers celui de technicien de maintenance informatique, orienté vers le conseil informatique et la maintenance réseaux.

Découvrez pourquoi la maintenance curative laisse sa place à la maintenance préventive, bientôt effacée par la maintenance prédictive

La maintenance curative est certes toujours d’actualité, mais l’idéal étant d’éviter la panne, le préventif est devenu primordial. Les solutions d’impression de dernière génération, sont équipées de systèmes (KFS) qui envoient directement à notre service hot line de Saran , des alertes basées sur la durée de vie des pièces et des consommables. La maintenance du matériel est ainsi facilitée, puisque l’intervention est programmée avant le dysfonctionnement. Mieux encore, il est possible sur certains matériels bureautiques équipés de dizaine de capteurs, d’étudier en permanence un produit et d’anticiper une panne qui a été constatée sur une machine identique travaillant dans les mêmes conditions. C’est tout l’intérêt du prédictif qui commence à faire son apparition chez des constructeurs comme HP. Le point d’impression est alors géré comme un périphérique inclus dans un parc informatique. .

Et pour la GED (Gestion électronique de documents), le SAV est-il nécessaire ?

Si les imprimantes professionnelles ou de bureau doivent systématiquement être entretenues via un contrat de service, il en est de même pour les solutions de gestion documentaire ou d’archivage qui représentent le patrimoine numérique des sociétés. Celles-ci évoluent, en taille, en besoin ainsi qu’en architecture réseau et en infrastructure informatique, et la fonctionnalité de la solution doit être maintenue en permanence. L’impossibilité pour un utilisateur d’accéder à une information capitale est source de problèmes et de conflits auprès des services informatiques.

Nos techniciens sont formés pour monitorer vos équipements et intervenir à distance, en accord avec l’administrateur réseau de votre système informatique. Les dysfonctionnements constatés sont le plus souvent réglés par la hot line, sans exclure toutefois un déplacement sur site, en cas de nécessité. Les solutions sous contrats de service sont gérées en priorité alors que les interventions hors contrat font l’objet d’un devis préalable qui augmente de facto les délais d’intervention.